Québec : la loi 96, la nouvelle pomme de discorde



Québec : la loi 96 impose l’usage du français dans la vie quotidienne. Bien qu’adopté, le texte fait polémique, aussi bien chez les francophones que chez les anglophones et les autochtones.

source

Cet article a 6 commentaires

  1. Une langue est un outil de communication et l'utilisation des langues évolue naturellement avec le temps. Pas besoin d'OQLF ou de loi 101. Mon identité dépend du contenu de mes mots et de mes actions, pas de la langue que j'utilise. On adore se dépeindre en victime au Québec en disant qu'on est entouré d'anglophones en Amérique du Nord. C'est un peu maladif en mon opinion cette obsession avec la langue française. En Europe, chaque pays est entouré de pleins d'autres pays où l'on parle pleins de différentes langues et les gens sont couramment trilingue, même quadrilingue. Et personne capote avec ça. Le déclin du français est un problème créé par l'esprit des gens. Ça ne menace pas l'existence à personne.

  2. À Montréal, il est fréquent de croiser des gens incapables de s'exprimer en Français. C'est parfois aussi difficile de se faire servir en Français dans des commerces du centre-ville ou du côté ouest de la ville. J'ai entendu la semaine dernière quelqu'un dire "It's Canada, speak English", je me serais cru revenu au "speak white" (insulte utilisée jusqu'au début des années '70 par les anglophones pour forcer les francophones à parler Anglais). Même si la seule langue officielle du Québec est le Français, la minorité anglophone (environ 10%) se comporte comme étant en majorité. Extraits du projet de loi 96 "…donne au salarié le droit à un milieu de travail qui soit exempt de discrimination ou de harcèlement lié à l’usage du français." "Le projet de loi renforce les dispositions relatives à l’usage du français à titre de langue du commerce et des affaires, particulièrement pour l’affichage et la rédaction de certains documents, tels que les contrats relatifs à certaines ventes immobilières." "… Charte des droits et libertés de la personne. Quant à cette dernière, le projet de loi y ajoute la reconnaissance du droit de vivre en français." Et c'est trop pour la minorité anglophone qui monte aux barricades.

  3. Et pour la gestion sanitaire, les pseudos spécialistes qui ont imposer une dictature sanitaire et vaccinale sont ils allés trop loin ?
    Feront ils plus encore à prochaine crise ???
    Où les conflits d’intérêts de chacun ont ils été bien payés ?
    Les effets secondaires ont ils été plus importants que pour les autres vaccins nonARN ??
    Moins important ?
    Les contrats signés peuvent ils être publiés ou sont ils secrets ? Comme contribuables le droit de savoir est il normal ? Ou pas? Le tout en Français comme en Anglais !

Laisser un commentaire