Où s’arrête vraiment « l’arc républicain » ?



Dans « Entre les lignes », chaque dimanche sur franceinfo, Clément Viktorovitch décrypte les discours, analyse les paroles des politiques qui font l’actualité.

http://www.franceinfo.fr
Twitter : https://twitter.com/franceinfo
Facebook : https://www.facebook.com/franceinfo/
Instagram : https://www.instagram.com/franceinfo/

source

Cet article a 35 commentaires

  1. "L'arc républicain" ressemble beaucoup à une invention de l'extrême-centre, qui en plus de s'autoproclamer parti de la raison décide aussi de qui fait partie de cet arc ou non.

  2. toujours le même discours partisan; à l'instar des cohn bendit, Fabius, trauss-Kahn, Moscovici, Mink, Lang, attali, Désir, Dray, … 40 ans de gauchisme étatique à défendre nos petits anges de cités et à réduire les "autres" aux prolétariats à marche forcée pendant que vous vous roulez dans la fange comme votre clone Miller !

  3. Le sosie de Gérard Miller en plus sirupeux mais avec le même corpus idéologique dégoulinant de moraline bien-pensante, immigrationniste de masse respectant en tout point le corpus idéologique du petit révolutionnaire trotskiste de salon parisien illustré, avec accès direct à tous les médias publiques (à nos frais …) espérons que son rapport aux femmes diffère de son illustre ainé

  4. Mdr le service public, toujours aussi prévisible dans son engagement pour l'extrême-gauche… On est républicain tant qu'on touche pas à la sacro-sainte constitution (sauf si c'est pour une 6ème république bien-sûr), par contre on est un ignoble fasciste si on préfère les referendums à un conseil constitutionnel politisé…

  5. C’est le peuple souverain, au sommet de la hiérarchie des normes, qui définit les libertés publiques. Les élites, notamment les juges, cherchent à écarter le peuple

    Celui-ci est évidemment un crétin smicard qui fume, roule au diesel et qui vote pour le NSDAP

  6. C'est marrant, Viktorovitch n'analyse que les boulettes, glissements et déclarations foireuses (et y a du boulot, c'est vrai !) de la droite et de l'extrême-droite, mais c'est comme si la clique de Mélanchon ne faisait que des déclarations nickel, impartiales et objectives… Jamais un mot sur LFI (à part comme ici pour le défendre à fond).
    Son manque d'objectivité à lui dévalue totalement l'impact de son discours.

  7. Ca aurait été bien de préciser que "république" désigne un pays où le pouvoir ne se transmet pas par hérédité, parce qu'il y a encore une majorité de Français qui n'en connait pas la définition…

  8. L'arc anti-républicain, ou comment prendre les naïfs inculte en politique pour des cons.
    Leur vendre le nazisme comme une idéologie démocratique. Ainsi que les centaines d'inversion de la réalité, et des faits scientifique que les macronistes ont fait depuis des années avec le soutien constant des médias d'état et de milliardaire.
    Mais bon tous le monde le sait, quand l'extrême droite prend le pouvoir, que se soit par les urnes ou par les armes, les élections qui suivent sont toujours libre et jamais ils n'élimine les oppositions.

    * Bien évidement l'intégralité est à lire avec un ton moqueur ou ironique.

  9. l'arc républicain est mort… il ne reste plus de flèche (sauf à la FI)…comme actuellement…le niveau du monde politique de manière générale est au niveau du pays lui même: dans les CHIOTTES…..cette "raie publique bananière et exemplaire" démontre violemment son exemplarité par le degré de corruption et d'incompétence qui la caractérise…on a les politiques que l'on mérite et réélit…la france coule…chapeau bas devant un navire qui sombre par un mauvais commandement comme "titanic" "costa concordia" "amoco cadiz"et tant d'autres encore

  10. J'aime bien la première partie de la chronique, moins la deuxième moitié. Effectivement, Gabriel Attal remet de l'ordre sur ce qu'est le républicain. Mais à mes yeux, la question du rapport à la constitution, sans être illégitime, dissimule le problème réel et profond de la légitimité politique depuis une vingtaine d'année. Ce problème réel se révèle avec l'arrivée de Jean-Marie Le Pen au 2ème tour en 2001 et s'affirme clairement en 2008 avec le congrès de Versailles qui balaie le référendum de 2005 : l'assimilation entre la république et la démocratie n'est plus possible. Nous sommes dans une république, mais pas en démocratie : voilà ce que dissimule l'histoire de l'arc républicain. Comme dirait Alexandre Astier dans Kaamelott : "ce n'est pas faux"… pour faire comprendre que ce n'est pas le problème !

  11. Merci pour cette mise au point. La diabolisation de LFI sur des arguments fallacieux a été une grave et dangereuse faute politique de la macronie (bien aidée par une partie des médias). Une menace à l'ordre républicain et à la cohésion nationale.

  12. Le RN est un parti qui ne cherche que l'accession au pouvoir pour abolir la République comme l'a fait Hitler en 1933. C'est un parti pétainiste fondé contre les principes républicains. Le loup est dans la bergerie et rien n'est fait pour le chasser. Quant à LR c'est devenu le toutou du RN conduit par un incapable parasite, ignare et con comme la lune.

  13. Je ne me lancerai pas dans le débat sur le 49.3 . Il n'a pas le rôle du conseil constitutionnel . Le 49,3 permet au gouvernement d'imposer un texte quand il n'a pas ( le texte) la majorité à l'assemblée. Le CC a pour but de se prononcer sur la constitutionnalité d'un texte lorsqu'il en est saisi.

  14. Déjà, quand le premier ministre dit ça c'est juste de la communication.
    Ensuite l'arc Républicain s'arrête là où la loi intervient. Toutes les idées, toutes les sensibilités, toutes les prises de position d'élus de la nation sont Républicaines tant qu'elles ne vont pas à l'encontre de la loi.
    Réduire l'arc Républicain à ceux qui sont d'accord avec le gouvernement c'est l'exact opposé de ce qu'est la République.

  15. 3:27 « La préférence nationale peut constituer une infraction au principe d’égalité des citoyens devant la loi. » Ah bon ?! La préférence nationale accorde l’avantage à tous les citoyens d’un État sur ceux qui ne sont pas citoyens. Donc où est la rupture d’égalité entre les citoyens, Clément ?

Laisser un commentaire