« Ni coupable, ni honteuse » : cette députée italienne interpelle Meloni sur l’IVG



Gilda Sportiello, députée du Mouvement 5 étoiles, a critiqué l’amendement du gouvernement autorisant la présence de militants anti-IVG dans les cliniques pour inciter les femmes à avorter.

Son intervention dans l’hémicycle s’est transformée en cri du cœur. La députée Gilda Sportiello a mentionné son expérience personnelle lors des débats sur l’IVG du mercredi 17 avril au Parlement italien. L’élue du Mouvement 5 étoiles a critiqué l’amendement du gouvernement de Giorgia Meloni autorisant la présence de militants ou d’organisations anti-avortement au sein des cliniques et centres médicaux qui délivrent les attestations médicales pour avorter.

Gilda Sportiello a également jugé que ce que propose le gouvernement est à rebours de ce qui se passe en Europe, en citant notamment l’exemple de la France qui a récemment constitutionnalisé le recours à l’IVG.

L’amendement a été adopté mais doit encore recevoir l’approbation du Sénat qui vraisemblablement y sera favorable. Le vice-Premier ministre Antonio Tajani s’est défendu de vouloir remettre en cause la loi datant de 1978 sur l’avortement en Italie, appelée « loi 194 ». Il assure que la « liberté de conscience » sera « toujours permise sur des questions de ce type ».

Les oppositions y voient un coup d’accélérateur dans la volonté de réduire l’accès à l’IVG alors qu’il est déjà limité de fait et qu’il existe de nombreuses disparités territoriales.
—–

Abonnez-vous à la chaîne YouTube du HuffPost dès maintenant : https://www.youtube.com/c/lehuffpost

Pour plus de contenu du HuffPost:
Web: https://www.huffingtonpost.fr/
Facebook: https://www.facebook.com/LeHuffPost/
Twitter: https://twitter.com/LeHuffPost
Instagram: https://www.instagram.com/lehuffpost/

Pour recevoir gratuitement notre newsletter quotidienne:
https://www.huffingtonpost.fr/newsletter/default/

source

Cet article a 25 commentaires

  1. Message au anti ivg : je vous rappelle que c'est leur corps, elles ont donc le dernier mot car c'est eux qui vont avoir mal durant la grossesse et durant l'accouchement. Ensuite les contraceptifs c'est pour tout le monde c'est pas qu'aux femmes d'utiliser. Ensuite malheureusement il y a des femmes qui subissent des viols et là l'avortement est obligatoire. Il y aussi des raisons économiques, comment voulez vous que le gosse s'épanouisse si sa mere est sous le seuil de pauvreté. Je termine par dire que les femmes avorteront toujours que cela soit illégal ou non donc autant qu'elle avorte dans des conditions saines !

  2. MELONI a totalement raison l’i v g devrait être interdit 🚫 de partout sauf cas exceptionnel ! Elles ont cas mettre la pilule 💊 et ne pas avoir plusieurs partenaires ! C’est une honte d’avortées un être vivant sans raison

  3. Ne suivons pas l'Italie. Arrêtons d'être à la botte de l'Europe, OTAN, US et les Escroqueries en tout genre. FREXIT, remise des frontières, retrouvons notre France, électricité à prix réel, retraite à 60 ans

  4. Non mais c’est moi ou j’ai l’impression que les droits des femmes fondent comme peau de chagrin chaque jour un peu plus en Europe et dans le monde ? Nos arrières grands-mères, nos grands-mères et nos mères ont combattu pour obtenir ces droits qui sont malheureusement aujourd’hui menacés. Elles se retourneraient dans leurs tombes si elles voyaient à quelle point ça ne heurte pas certaines femmes d’aujourd’hui qui sont nées à l’époque où ces choses comme le droit d’IVG ou la pilule leur est acquises. Elles ne se rendent pas compte du prix que ça a couté à nos aînées, et des combats qu’elles ont enduré pour nous offrir ce cadeau qu’est la liberté de disposer de notre propre corps. Je suis triste et j’ai honte pour leurs mémoires. Mesdames ne voyez-vous pas que nous sommes en danger ? Que nos droits sont bafoués et chaque jour un peu plus grignotés ? C’est quoi cette société qui fait semblant d’être progressiste ? Qui autorise le mariage gay ? Qui remet en cause la théorie du genre mais qui s’attaque aux droits des femmes ? Nous sommes toujours les lésées de l’histoire, le sexe faible. Gare à nous, nous prenons un virage dangereux et si nous ne faisons rien demain il sera trop tard. Je ne veux pas laisser une société pareille à ma fille, une société où les femmes sont encore et toujours reléguées au second plan. C’est un combat collectif mesdames. Tournez-vous vers l’Afghanistan pour vous rendre compte de ce qu’une société peut faire aux femmes. Vous êtes nées dans ces pays de liberté mais n’oubliez pas qu’elle a été durement acquise et qu’il n’y a aucune garantie que celle-ci soit pérenne. Tournez vous vers ces sociétés où les femmes n’ont pas de droits et demandez à ces femmes ce qu’elles pensent de vos libertés, et de vos positions actuelles vous qui êtes nées du bon côté. Vous comprendrez alors peut-être la préciosité de cette liberté. Ne laissez pas tout ce travail que Simone Veil et Gisèle Halimi ont réalisé au péril de leur vie pour nous offrir à nous toutes cette liberté dont nous jouissons aujourd’hui. Sauvegardez leur mémoire, l’élan de leur cœur, la grande humanité et le grand courage dont elles ont fait preuve pour des milliers, des millions de femmes aujourd’hui.

  5. L'avortement n'est pas l'interruption d'une grossesse. L'avortement est l'interruption volontaire de la vie d'un être humain. En résumé le mise à mort légalisée d'un être humain dont le coeur commence à battre dès la 5ème semaine de grossesse. Sur ce, bon appétit !

  6. Les femmes qui avortent toujours culpabilisées par les religieux rétrogrades…

    Ces mêmes religions qui sont contre la contraception…

    Alors que les hommes qui se barrent et n’assument pas leur paternité ou leur non contraception ils n’en parlent JAMAIS…

    C’est toujours de la faute des femmes dans la religion…

  7. Que cela lui plaise ou pas cette député a participée , a acceptée de tuer un enfant , son enfant . L' avortement est un crime légalisé par la loi, c'est la vérité que cela plaise ou pas et les foetus avortés sont devenus un business scandaleux. Il y a environ 200.000 avortements en france par an malgrés les moyens de contraceptions ce qui est un autre scandale. Un crime reste un crime que cela plaise ou pas, la vérité rend libre.

Laisser un commentaire