Ligue des champions: le préfet Lallement reconnaît un "échec" qu'il assume (en partie)



C’était l’heure des explications. Ce jeudi 9 juin, près de deux semaines après la finale de Ligue des champions entre Liverpool et le Real Madrid, le préfet de police Didier Lallement était auditionné au Sénat pour donner des éléments de compréhension sur la manière dont a été gérée la soirée par les forces de l’ordre.

Un exercice auquel le haut fonctionnaire s’est livré en faisant acte de contrition, du moins en façade. Ainsi, Didier Lallement a commencé son intervention face aux commissions de la Culture et des Lois en le reconnaissant d’emblée: “Je suis le seul décisionnaire et le seul responsable en matière de sécurité publique à Paris et en petite couronne. Et ce qu’il s’est passé ce soir-là est à l’évidence un échec.” Avant d’ajouter déplorer que la situation ait ”ébranlé l’image de la France” à l’international.

Voilà pour le propos liminaire, et pour le ton de l’intervention du préfet de police qui a répété à plusieurs reprises “assumer” ce qu’il s’est passé le soir du 28 mai aux abords du stade de France.

Le gaz lacrymogène comme seul recours
C’est notamment le cas sur le sujet brûlant des gaz lacrymogènes employés contre les supporters, parmi lesquels des familles, massés à l’entrée de l’enceinte dans l’attente de pouvoir enfin y pénétrer. “J’assume complètement avoir fait usage de gaz lacrymogène, qui est, je le répète, le seul moyen au plan policier de faire reculer une foule, sauf à la charger”, a-t-il notamment déclaré. “Et je pense que ça aurait été une erreur grave de charger une foule.”

En effet, Didier Lallement assure que du fait d’une présence massive de supporters de Liverpool munis de faux billets, c’est une foule bien trop nombreuse qui s’est pressée avant la finale dans le dispositif policier et de vérification des billets. “Les personnes rejetées essayaient soit de passer à tout prix, soit de reculer et elles n’y arrivaient pas”, décrit-il. Ce qui lui a “fait craindre un drame par écrasement” au sein de cette foule massive, le poussant à lever certains dispositifs de préfiltrage, situés plus loin du stade, pour se concentrer sur l’enceinte en soi et éviter des intrusions massives.
—–

Abonnez-vous à la chaîne YouTube du HuffPost dès maintenant : https://www.youtube.com/c/lehuffpost

Pour plus de contenu du HuffPost:
Web: https://www.huffingtonpost.fr/
Facebook: https://www.facebook.com/LeHuffPost/
Twitter: https://twitter.com/LeHuffPost
Instagram: https://www.instagram.com/lehuffpost/

Pour recevoir gratuitement notre newsletter quotidienne:
https://www.huffingtonpost.fr/newsletter/default/

source

Cet article a 25 commentaires

  1. Pitoyable….navrant…. irrespectueux… hautain… que des qualificatifs montrant un esprit vil, retors et inhumain! À l'image de son mentor!

  2. Lui assumé… Mdr… Il a surtout pas eu le choix d'assumer pour protégé d'autres personnes. Mais je m'en fait pas pour sa carrière à toutes ces crapules mafieux

  3. Bienvenue dans la ripouxblique bananiere ah elle est belle la France avec des énergumènes pareils qu,est ce que les copains à manu vont encore nous pondre d,ici 5 ans car avec l,affaire benalla lors du premier mandat et le stade de France maintenant on est entrain de gravir les échelons dans l'incompétence c,est quoi la prochaine étape une déclaration de guerre à la Russie ?🤔🙄😏

  4. Par qui sont payer les policiers lors de grands événements? Est-ce que c'est tous les Français via les impôts pour le rayonnement de la France, alors que ces événements profitent largement aux propriétaires de stades, aux clubs et aux médias ?

Laisser un commentaire