Les nouvelles du monde – L’actualité mondiale du lundi 10 juin 2024 – TV5MONDE


[Musique] au sommaire de cette édition à droite toutes les résultats provisoires consolident les positions des conservateurs à l’issue des élections européennes mais en France c’est l’extrême droite qui l’emporte assez largement en réaction le Pr le président Emmanuel Macron a dissous l’Assemblée nationale la surprise NVA le parti flamand le parti séparatiste a remporté les élections législatives en Belgique de weever doit être reçu par le le roi le Premier ministre Alexander de CRW a lui est déjà été reçu et puis au radour la le récit d’un massacre 80 ans plus tard la PL reste ouverte dans ce village du Limousin en France occupé entièrement rayé de la carte le 10 juin 1944 par la wafn SS 643 morts une poignée de [Musique] survivant et bonjour à tous depuis Paris d’abord ces élections européennes qui se sont est allé sur 4 jours depuis jeudi dans les 27 pays de l’Union regardez ce qui ressort des résultats provisoires ce sont les groupes politiques de droite toute la partie des déclinaisons de bleu plus les socialistes en rouge et les centristes en bleuciel il conservent à eu TR une majorité au Parlement européen mais individuellement pays par pays l’extrême droite progresse incontestablement on va y revenir bonjour Paul Germain correspondant à à Bruxelles au lendemain de ces élections européennes comment ce matin a-t-on réagi à Bruxelles vous vous êtes en ce moment au Parlement quelle est l’atmosphère et bien Patrice on croise des mines souriantes et des Mines défaites et parmi les mines défaites il y a bien sûr les députés Verts ils perdent un/4 de leur siège alors c’est vrai qu’en 2019 ils avaient créé la surprise en raflant plus de 70 sièges c’était l’époque des marches pour le climat mais la question climatique n’est toujours pas réglée alors comment expliquer cette dégringolade et bien l’idée que le pacte vert coûte cher aux citoyens cette idée est passé bref il y a une vingtaine de députés Verts qui sont en train de faire leur carton et qui doivent libérer leur bureau pour le 15 juillet quand les nouveaux députés arriveront et puis parmi les mines souriantes il y a bien sûr euh l’extrême droite mais il y a surtout les député du PPE ce grand groupe de centre- droit qui est le grand vainqueur de ces élections il reste le principal parti en Europe et Ursula vlen qui est CDU qui est membre du PPE a donc toutes les chance d’être reconduite à la tête de la Commission européenne elle aussi est tout sourire précision de Paul Germain à Bruxelles pour TV5 Monde merci venons-en à la France où le grand vainqueur ces européennes c’est le RN le rassemblement national XFN il devance largement le parti présidentiel avec quasiment deux fois plus de sièges Emmanuel Macron a réagi DS hier soir Malik mictar Julie Palanque j’ai décidé de vous redonner le choix de notre avenir parlementaire par le vote je dissous donc ce soir l’Assemblée nationale une annonce tonit truante inattendue après la déroute pour la majorité présidentielle aux européennes Emmanuel Macron convoque des élections législatives anticipé les 30 juin et 7 juillet prochain une décision loin de faire l’unanimité y compris dans son propre camp le président avait explicitement dit qu’il ne changerait pas de politique en fonction des résults or là c’est justement ce qu’il vient de faire et d’une façon à bon c’est la décision la plus dte qu’il pouvait prendre en fait donc voilà c’est c’est assez surprenant un tremblement de terre qui fait suite à un rat de Maréis du rassemblement national la liste de Jordan Bardella a récolté plus de 30 % des voix soit un peu plus du double de celle de Valérie ey arrivé en 2e position l’écart inédit entre la majorité présidentielle et le premier parti d’opposition traduit ce soir un désaveux singlant et un rejet clair de la politique conduite par Emmanuel Macron et son gouvernement Emmanuel Macron compte désormais sur ses législative pour inverser la tendance il se dit confiant quant au choix des Français face à ce coup de poker la gauche divisée aux européenne pourrait tenter une union est-ce que nous sommes capables d’avoir les points qui permettent de faire accord entre nous moi je crois que oui je crois que c’est possible si on en a la volonté s’il n’y a pas derrière toujours la volonté d’être dans la sur nous avons un programme celui de la nupes le rassemblement autour de ce programme il est simple à faire mais il faut pour cela que ceux qui ces derniers mois ont tenté plutôt de s’en détourner de s’en éloigner reviennent d’un certain point de vue à une forme de clarté une union que la base des Parti de Gauche réclame à corp et à cri hier soir ils étaient plusieurs centaines de militants toutes bannière confondu réunit place de la République pour faire entendre leur voix avant une campagne expresse de 3 semaines qui promet d’être particulièrement le National et pour aller plus loin nous retrouvons Richard verli correspondant pour la France et l’Europe du quotidien suisse Blic ici en plateau et en visionférence benjamin Bard politologue au sein du Christ le Centre de Recherche et d’Information sociopolitique en en Belgique bonjour à tous les deux bonjour Richard je commence commence par vous pourquoi cette dissolution de l’Assemblée nationale en France estitelle à double tranchant elle est à double tranchant parce que Emmanuel Macron d’une part il se tire quand même une balle dans le pied parce que c’est sa crédibilité personnelle c’est sa capacité à continuer de présider le pays qui est en cause n’oublions pas qu’il ne pourra pas se représenter en 2027 donc il expose une grande fragilité et d’autre part politiquement il n’est pas sûr d’avoir la majorité qu’il souhaiterait même très large pour je dirais à partir du 7 juillet quand on connaîtra le second tour le risque c’est de se retrouvver face à une cohabitation on a déjà connu ça mais cette cohabitation là elle sera inédite parce qu’elle sera avec l’extrême droite c’est-à-dire avec un parti le rassemblement national qui est à l’opposé quasiment sur tous les plans de ce que veut Emmanuel Macron pour la France et c’était déjà d’ailleurs une première fois qu’ il y avait cette cohabitation quand Jacques Chirac avait aussi dissous l’Assemblée nationale Benjamin Bard vous êtes spécialiste de l’extrême droite comment analysez-vous cette dissolution que souhaitait d’ailleurs Marine Le Pen est-ce que c’est du pain béni pour le rassemblement national exfn c’est assez étonnant et particulièrement peut-être vu de Belgique là où une dissolution en cours de législature ne m’étonne qu’à moitié le timing qui répond clairement à une demande exprimée par le leader de l’extrême droite en France est assez particulier avec ce risque qui vient d’être évoqué de de cohabitation le risque finalement de voir un pays en plus au sein de l’Union européenne dirigé par l’extrême droite on sait que ces cas se sont multipliés ces dernières années depuis le début des années 2000 en Autriche en Italie en Finlande en Norvège en Estonie également c’est un nouveau risque finalement que cour la France éventuellement alors on quitte la France on regarde le Parlement européen il reste à droite la veren devrait logiquement avoir les soutiens nécessaires pour être reconduite à la tête de la Commission européenne Paul Germain nous le dit nous l’indiquait tout à l’heure mais plus que la droite est-ce que le vrai vainqueur ce n’est pas l’extrême droite que l’on voit un progrès dans beaucoup de pays Benjamin biia on progrès dans beaucoup de pays dans certains pays même en tête le cas de la France typiquement un progrès néanmoins parfois à nuancer à nuancer si on considère par exemple les résultats en Allemagne l’AFD très clairement progresse par rapport à 2019 elle n’est néanmoins pas au score qu’elle aurait pu espérer il y a encore quelques mois on sait que cette formation d’extrême droite fait fait face à une concurrence notamment à la gourge de l’échiquier politique sur le plan socio-économique à d’autres formations anti-immigration le contexte ne lui est pas nécessairement favorable la FD s’est démarqué par sa radicalité qui a d’ailleurs conduit à l’exclusion de ce partie du groupe identité démocratie on voit donc un bilan finalement à demi-teinte pour le cas allemand pour étendre cette analyse avec d’autres argument évidemment à l’Espagne au Pays-Bas où le PVV de hirwielders progresse assez sensiblement et finalement voit la concurrence qui s’exerçait ces dernières années à l’extrême droite du forum V démocraci de Thierry baudet s’écrasé littéralement néanmoins on n’est pas non plus dans un nouveau rat de marée tel qu’il avait pu être observé lors des élections législatives du 22 novembre dernier au Pays-Bas alors bilan demiteinte nous dit Benjamin Biard vous partagez cette cette analyse Richard verli écoutez pas tout à fait je pense que oui ce qui vient d’être dit est juste sur le plan des chiffres effectivement dans un certain nombre de pays les gains sont plus limité que les sondages ne pouvaient laisser espérer mais la capacité de pression de l’extrême droite sur l’opinion publique européenne sa capacité à diffuser ses idées sa capacité éventuellement à convaincre une partie de la droite ça va être un enjeu en France avec les législatives de l’ rallier bref l’extrême droite est quand même beaucoup mieux armée aujourd’hui pour arriver à ses fins c’est-à-dire détricoter l’Union européenne de l’intérieur je ne dis pas qu’elle va y parvenir maintenant mais l’entrrisme et bien il a lieu c’est fait et ce sera désormais difficile de les déloger et plus largement qu’est-ce qui séduit l’électorat d’extrême droite quelles sont les thématiques majeures qui qui qui arrive à accrocher écoutez je crois que je parle sous le contrôle du politologue je lu poser la question je prend évidemment le rejet de l’immigration ça c’est un élément fédérateur dans tous ces partis ensuite il y a un deuxième élément qui je crois est important c’est cette idée qui va perd de reprendre le contrôle c’est-à-dire de d’arrêter de céder de nouvelles prérogatives à Bruxelles c’est au fond ce qu’on pourrait appeler l’antifédéralisme européen ça c’est les deux dominantes une troisième dominante c’est la question des valeurs en gros l’Europe chrétienne contre une Europe métissée multiculturel ou wiste là où en revanche il y a des différences assez nettes c’est sur le terrain économique vous avez des extrêmes droites libérales économiquement c’est le cas de vilders aux Pays-Bas alors qu’en France Marine Le Pen est très étatiste et puis la question de l’Ukraine vous avez Georgia Meloni en Italie qui est proatlantiste pro Ukraine alors qu’une formation comme le rassemblement national en France reste quand même beaucoup teinté d’un courant prorusse Benjamin Bierge je vous voyais acesser vous êtes d’accord avec ça oui tout à fait je pense sur le plan idéologique d’ailleurs on le voit très bien il y a des éléments d’adhésion très forts si on prend le cas de la Flandre en Belgique la première préoccupation de la population durant cette campagne électorale à différents niveaux de pouvoir en Belgique avec les élection de de ce 9 juin c’était l’immigration VO donc il y a un élément d’adhésion très fort auquel on peut ajouter ce qui a été dit la question sécuritaire très certainement aussi par rapport à laquelle l’extrême droite se démarque mais il n’y a pas que cela il y a aussi des éléments de nature protestataire et on sait que le vote pour l’extrême droite c’est en eff faet un vote d’adhésion mais c’est aussi en partie un vote de protestation les électeurs extrême droite aussi l’extrême gauche d’ailleurs sont souvent dotés d’une confiance moindre dans les institutions démocratiques et plus fondamentalement dans le fondement dans le fonctionnement de notre démocratie représentative que d’autres formations à travers le paysage partisan et européens j’ajouterai peut-être rapidement à ces deux éléments idéologiques et de nature protestataire la question de la stratégie d’une part de l’extrême droite qui ces dernières années particulièrement en en France pardon mais pas seulement a tenté de gagner en légitimité à travers ces fameuses stratégies de dédiabolisation de respectabilisation selon leur appellation mais aussi un déplacement vers la droite de l’opinion publique qui contribue dans une certaine mesure à la banalisation de certaines idées de certaines expressions par exemple le grand remplacement la préférence nationale l’immigration de masse qui sont des expressions classiques de l’extrême droite qui aujourd’hui ont largement dépassé finalement le cadre idéologique de cette formation et très très rapidement parce que on va on va devoir se se quitter la gauche elle a elle a perdu finalement le la bataille de l’opinion alors on voit qu’il y a une gauche plurielle finalement on peut considérer les écologistes la social-démocratie les socialistes c’est très variable selon les les pays évidemment où elle se développe mais globalement ce n’est pas elle qui a remporté ce score ce scrutin européen en hier Richard oui la gauche elle est en difficulté notamment à cause de toutes les question climatique et écologique c’està-dire que quand même l’alliance naturelle ce serait une alliance entre le social et l’écologie la difficulté c’est que le pacte vert européen et bien il ne s’est pas accompagné de mesures sociales forces il n’est forte il n’est apparu que sous la forme de contrainte on le voit bien avec le recul des écologistes donc il manque aujourd’hui à la gauche social-démocrate ce pied écologiste qui pourrait lui permettre de résister de constituer une alternative au niveau européen double analyse avec nous en plateau Richard verli du quotidien suisse BL visioconférence Benjamin Biard politologue du crispe merci à tous les deux outre le scrutin européen la Belgique votait aussi au niveau régional et national et au niveau national la NVA le parti flamand la Nouvelle Alliance flamande la droite séparatiste l’ emporté écoute la réaction de Bart de weer le président de la NVA mes amis nous avons gagné cette élection et avouezle vous ne vous attendiez pas à ça mes remerciments vont donc à vous tous les sondages étaient mauvais les commentaires dans la presse étaient singlant notre nécologie était écrite mais vous n’avez jamais abandonné vous nos militants le RO sur lequel repose notre parti la Flandre a choisi de préserver sa prospérité a choisi une politique qui valorise les personnes qui travaillent qui épargne et qui entreprennent et la Flandre a plus que jamais choisi l’autonomie VO tout à l’heure nous avons évoqué ces législativ belge à travers le regard du politologue pierre vercotteren il a d’abord été question de l’avenir de bardever écoutez certes il se dit maintenant que il est le principal parti en Flandre et que donc il se propose comme candidat Premier ministre mais il va devoir convaincre une majorité non seulement du côté flamand mais du côté francophone ou pas du tout le même agenda sur le plan insti oui vous le dites effectivement chaque élection le dit aussi en Belgique la Flandre et la Wallonie semblent toujours autant divisé c’est donc aussi votre analyse alors la division se fait de manière différente si en flondre on a une poussée des deux partis nationalistes il y a malgré tout de chaque côté un point de vue différent en effet le VLAN Zang a progressé mais se considère comme battu parce qu’il n’est pas parvenu à devenir le premier parti la mza s’est tassé a même perdu un siège mais en ayant reculé elle considère qu’elle a gagné puisqu’elle est le premier parti alors elle se dit d’accord on va pouvoir avancer les choses du côté francophone on a assisté à un important virage vers le centre droit de l’électorat surtout du côté wallon mais on n’ pas du tout l’agenda institutionnel que veut bardweer sur l’avenir de la Belgique voilà l’analyse du politologue pierre vercotteren lors d’une précédente édition du Journal de TV5 Monde dans le reste de l’actualité la démission de benigans en Israël lors d’une allocation solennelle à la télévision hier soir bennyans était un ministre sans portefeuille au sein du gouvernement élargi de Benjamin netanahou cette démission de l’ancien chef d’étatmajor est aussi stratégique Sophie Goldstein er F l’Union au sommet a vécu en Israël benigand qui avait rejoint le cabinet de guerre au lendemain de l’attaque du Hamas le 7 octobre a démissionné dimanche nous quittons le gouvernement d’union avec le cœur lourd mais le cœur plein j’en appelle à net fix une date pour des élections ne laissez pas notre peuple se déchirer une démission attendue le général ancien ministre israélien de la Défense qui réclame une enquête nationale établissant les responsabilités du 7 octobre et qui présente ses excuses aux familles d’otage faute de retour de l’ensemble des captifs après 8 mois de guerre avait posé un ultimatum au Premier ministre un plan sur l’avenir de la bande de Gaza avant le 8 juin un Beniamin netanahou évasif tenu par ses alliés d’extrême droite hostile à tout accord de cesser le feu avec le Hamas et favorable à une réoccupation de Gaza un problème pour Israël selon GANTZ qui se positionne également pour la suite sur la scène politique nous ne sommes pas content avec le gouvernement actuel c’est le bon moment pour lui de bouger et de tenter de marquer sa différence le départ de gansz fragilise la coalition note cette analyste américaine éétait un modéré au sein du gouvernement netanahou et lui parti cela pousse à une droitisation et à une extrême droitisation des décision sur les questions de sécurité nationale c’est une figure et beaucoup sont sur la même ligne que lui l’opportunité est là pour les États-Unis de faire pression sur netanahou dans le sens de concession s’il veut maintenir sa coalition la coalition au pouvoir désormais réduite peut-elle tenir les observateurs s’interrogent en Israël sans fin de guerre à l’horizon à Gaza alors qu’une escalade avec le Hezbollah libanais n’est pas exclus aujourd’hui lundi 10 juin et aussi l’occasion de se souvenir du massacre d’Oradour sur glan c’était il y a 80 ans pour Rael le 10 juin 1944 643 habitants de ce village du Limousin étaient tués par des nazis l’un des épisodes les plus sordides de la Seconde Guerre mondiale Malik Mitar Julien bin aadour sur glan en haut de Vienne ici les ruines témoignent d’un des pires massacr de civil par des nazis en Europe occidentale le 10 juin 1944 Deva feness abatt environ 200 hommes à la mitrailleuse avant de tuer quelques 450 femmes et enfants dans l’église et d’incendier le village mais l’histoire voulait que l’on se souvienne de ce massacre alors il y a eu des survivant 6 le dernier c’était à l’année dernière mais ses souvenirs eux demeurent transmis par sa petite fille alors cette maison en particulier forcément ça ça me touche particulièrement parce que c’était la maison de mon grand-père le village et l’ensemble des bâtiments et les objets qui sont dans les maisons nous permettent de de bien faire comprendre au visiteurs que c’est un village qui était habité et qui du jour au lendemain en quelques heures a été complètement anéanti où la vie s’est arrêtée aujourd’hui 80 ans après le massacre comme un symbole français et allemand se réunissent ensemble et se tiennent côte à côte leur souvenir constitue pour elle un devoir de mémoire en faveur de l’entente et de la réconciliation n’oublions jamais les dégâts engendr en Europe nationalis et la ha malgré les effets du temps et la nature qui reprend ses droits les ruines d’Oradour sur glan continuent de nous raconter le massacre et reste les les meilleurs garantes des mémoires c’est tout pour aujourd’hui merci à demain [Musique]

Laisser un commentaire