L’enquête sur la mort mystérieuse à la champignonnière (2/8)


attention certains passages contenus dans ce programme peuvent heurter la sensibilité des auditeurs en 84 je travaillais comme femme de ménage à l’école de la chasse chaussée d’oivre je crois que ça devait être vers 18h45 oui il faisait déjà noir j’ai entendu du bruit qui venait de l’ancienne champignonnière derrière l’école et c’était la voix d’une fille plutôt jeune de 12 à 15 ans à mon avis elle hurlait comme si quelqu’un lui faisait mal comme si elle était torturée elle criait non non arrêtez pas ça et à un moment elle criait maman aussi vous venez d’entendre le témoignage d’ivon l extrait d’un procès verbal de police datant du 15 février 1984 Yvon est femme de ménage et son travail démarre en fin de journée le soir du 13 février 1984 elle commence son boulot à l’école communale d’udergem c’est un long bâtiment qui s’étend de la chaussée de Wavre jusqu’à la champignonnière abandonnée sur le boulevard du Triomphe juste en face du campus de la VUB ce qu’ivon ne sait pas à ce moment-là c’est que ce qu’elle vient d’entendre est en réalité le début d’une des plus mystérieuses et terrifiantes affaires non encore résolues à ce ce jour en [Musique] Belgique un peu après 19h j’ai vu deux hommes quitter le trottoir pour traverser le boulevard du Triomphe et entrer dans la VUB l’université flamande je crois qu’il devait avoir 20 25 ans taille moyenne cheveux noirs oui portait des vêtements sombres et il ne semblait pas [Musique] pressé bien sûr à l’époque pas de téléphone portable nous sommes en 1984 Yvon n’ose pas s’aventurer sur place pour en savoir davantage à ce moment-là elle fait ce qu’ font la plupart des gens elle espère que quelqu’un d’autre prendra ses responsabilités et s’en inquiétera malheureusement personne ne le fera [Musique] sa disparition reste une des plus mystérieuses affaires criminelles de ces 20 dernières années moi je suis sûr que Christine savait ce soir là qu’elle allait pas rentrer chez elle directement elle a peut-être vu quelque chose qu’elle n’aurait pas dû voir même sans le savoir Christine Vanesse lui avait dit elle pouvait changer de vie parce qu’elle avait compris qu’ étaient ses vrais amis et qui n’étaient pas ses vrais amis puis elle m’a dit qu’elle sortait avec un gars et que ses copains ét était très bizarre et qu’elle avait peur de ses copains tu te fous de ma gueule toi ou quoi tu viens de m’accuser comme étant ton complice si tu me demandes ce que je fais [Musique] là la RTBF et frisson média présente le meurtre de la champignonnière un podcast d’investigation d’affaires criminelles non résolu dans l’épisode précédent nous vous avons raconté la disparition de Christine Vanesse Christine est vu pour la dernière fois avec son ami chanta aux alentours de 17h30 le 13 février 1984 dans la soirée ses parents contactent la police pour signaler que leur fille n’est pas rentré à la maison comme le lendemain Christine n’a toujours pas réapparu il lance la procédure de recherche deux journées entières se passent sans la moindre nouvelle de Christine pas même de la police pour mieux comprendre ce qui s’est passé il nous faut revenir à cette soirée du 13 février 1984 aux alentours de 18h30 Yvon h femme de ménage à l’école primaire de la chasse entend des cris venant de la champignonnière désaffecté 2h plus tard plus précisément à 20h47 les pompiers reçoivent un appel qui leur signale de la fumée provenant du croisement entre le boulevard du Triomphe et la rue de la stratégie quand ils arrivent sur place les hommes du feu constatent que la fumée provient en réalité de la champignonnière ce site industriel abandonné est un véritable dédal de cave relié à une maison attenante c’est un endroit GL où se retrouent jeunes et autres étudiants vu sa proximité avec la VUB certains individus y voi également l’endroit idéal pour y traîner à l’abri du regard de la police les pompiers ne connaissent pas le site ils se font aider par un homme familier des lieux il leur permet de se repérer dans ce chancre industriel et de localiser enfin le passage sou-terrain duquel s’échappe la [Musique] fumée et euh on m’a dit c’est une ancienne champignonnière mais c’était difficile pour pour y accéder Norbert vanenberg lieutenant sapeur pompier à l’époque fut l’un des premiers arrivés sur les lieux nous avons donc progressé et on a descendu en mettant des pièces d’échelle par les ouvertures d’où s’échappait la fumée cette progression c’est donc faite jusque au dernier niveau après avoir traversé un labyrinthe de couloirs ils arrivent à sous-sol dans lequel il trouent des caisses et des ordures en train de brûler quand on est arrivé au dernier niveau on s’est dirigé vers le feu hein celui qui était à l’origine des fumées où on a vu un feu mourant de de Cajot les Cajot se sont cquis sont en bois dans lequel on fait les champignons hein et en s’approchant avec nos lampes torches on distinguait cette forme humaine sur le sol on l’a vu pratiquement tout de suite hein puisque le feu était mourant la première chose que nous avons en fait c’est d’écarter des Cajot braisant pour qu’on puisse observer le le corps à leur stupéfaction il réalisent qu’il s’agit bel et bien d’un corps partiellement brûlé et mutilé la victime est couchée au sol sur le ventre bras épiliés dans le dos et autour du cou avec du fil électrique les extrémités des mains et des pieds sont manquantes un des premiers intervenant parle d’un clou planté dans le poignet de la victime quand même c’est c’est ignoble ce genre de de chose jusqu’à maintenant je n’ai pas eu un un fit aussi ignoble que celui-là sur ma carrière de d’officier pompier l’endroit est officiellement déclaré comme scène de crime par les enquêteurs ils établissent que la victime est une jeune femme la scène est choquante les agents sont pourtant chevronnés et habitués aux scènes de crimes les plus sordides mais ce CCI est vraiment particulier la position attachée dans laquelle la victime se trouve laisse penser qu’elle a été torturée le sol de la champignonnière et de la maison attenante est jonchée d’ordure juste à côté de la de crime les enquêteurs trouvent plusieurs indices qu’ils pensent être liés à la macabre découverte un caher de cours partiellement brûlé un manteau des pinces une corde d’environ 1,80 et un bidon d’essence à moitié vide plus loin une veste en couer noir avec des lignes rouges la police mobilise tous ses efforts pour chercher à identifier la victime et le ou les coupables ils n finalement que peu d’indices mis à part ces quelques objets retrouvés une autopsie est pratiquée sur le corps on voit que le corps est couché sur le ventre et que il est attaché puisqu’il y a un fil de fer qui fait plusieurs fois le tour du cou et qui replie les jambes vers l’arrière nous avons pu rencontrer l’un des plus grands médecins légistes de Belgique afin de nous entretenir avec lui à propos de l’autopsie du corps trouvé à la champignonnière le docteur Philippe boxo est aussi professeur de médecine légale à l’Université de Liège attention la l’inview qui suit contient des éléments explicites qui peuvent heurter la sensibilité alors il y a beaucoup d’éléments très intéressants d’abord évidemment il y a des éléments qui sont détruits par le feu et la première question qu’on va se poser évidemment c’est de savoir est-ce que la personne vivait ou non au moment d’incendie la première manière c’est à l’autopsie de vérifier s’il y a de la suie dans les voies respiratoires c’estàdire de la fumée qui vient d’ l’incendie qui rentre dans le respiratoire parce qu’on respire cette méthode là a été réalisé et on constate qu’il y a pas de fumée l’autopsie n’a pas révélé de trac de fumée dans les voies respiratoires concrètement cela veut dire que la victime était déjà morte au moment où le feu a été bouté l’autre élément évidemment c’est de savoir de quoi elle est morte les poumons nous montrent de façon certaine ils sont démaassés ils sont lourds il y a des taches de tardieux a des petits points rouges qui apparaissent sur les poumons ça c’est la preuve d’une asphyxie alors s’il a asphyie on doit se demander comment la dame a été étouffée étronglée fixé la première question à se poser c’est savoir si a été étranglé et on a la chance que le coup soit encore intact et là on voit autour du coup qu’il y a pas de tracece de strangulation donc dans les limites évidemment de de l’autopsie hein mais les tissus mous son intacts donc je crois que vraiment on peut avoir confiance dans cette constatation elle n’a pas été étranglée l’autre façon de mourir euh asphyxier dans des circonstances comme celle-ci c’est en mettant un coussin sur la bouche sur le nez et là on aurait pu voir à la face interne de des lésions par pression externe à travers le coussin sur la bouche pour empêcher de respirer une petite contusion qui apparît sur la face interne des lè mais ici il C tellement des trucs qu’on ser jamais le montré donc voilà on peut penser qu’elle a été étouffée de cette manière là ça s’appelle une suffocation mais on aura jamais la preuve formelle parce que le corps est trop détruit par le feu pour qu’on puisse l’affirmer mais c’est une excellente piste c’est une excellente piste vous écoutez le meurtre de la champignonnière un podcast de la RTBF le travail d’outopsie est primordial dans une enquête il donne des indices importants parfois il peut même contribuer à reconstituer la scène du crime et comprendre comment on Puut se dérouler les fait troisème chose qu’on va tenter de vérifier c’est y y a-t-il eu d’autres violences rien n’est visible mais les violences dans dans ces cas-ci c’est toujours les bras et la figure qui prennent or les bras sont détruits par le feu et la figure aussi la figure parce qu’on reçoit des coups et les bras parce qu’on s’en protège les lésions qu’on appelle de défense sur les avant-bras et au niveau de de la tête des lésions d’attaque et éventuellement au niveau des bras des lésions de prise aussi de maintien on les aura pas parce que le le corps est trop détruit ça on oublie dernière chose qu’on va se poser aussi puisque c’est une dame c’est de vérifier si pas été violé alors ici on a des des des constats qui sont faits on nous dit il y a pas de traumatisme vulvaire la victime ne serait plus vierge donc elle n’est plus vierge ce qui veut dire qu’elle a déjà eu de relations sexuelles antérieur durant sa vie mais il y a pas de traumatisme vulvaire ça veut dire qu’on a pas de trace qui nous permet de penser qu’il y ait eu un viol les viols malheureusement ne laisse pas toujours des traces l’autopsie ne permet pas de comprendre exactement les conditions dans lesquelles la victime est décédé la police se retrouve face à une impasse et dispose de très peu d’information ou d’indices lorsque la presse apprend la nouvelle ce meurtre particulièrement atroce fait la une des journaux le 13 février 84 des pompiers app pour un dégagement de fumée font ici une macabre découverte dans le sous-sol de l’ancienne champignonnière rue de la stratégie àgame il retrouve le corps calciné d’une jeune fille brûlée sur un bûcher improvisé l’enquête démontrera qu’elle a d’abord été violée puis étranglée elle a les pieds et les mains liés par du fil barbelé cela fait de jours que Christine a disparu quand sa maman allume la télévision elle entend parler de cet horrible crime à la champignonnière à moins d’un komèt de chez elle à cet instant elle est intimement convaincue que la Vic non identifié et sa fille elle éclate en sangloot et sombre dans un profond désespoir dont elle ne se remettra jamais le même soir vers 22h deux policiers se présentent à sa porte il semble avoir fait le lien entre la disparition de Christine et le meurtre de la champignonnière ils ont apporté des morceaux de carnet de notes trouvé sur la scène du crime ainsi que quelques bijoux retrouvés sur la victime il n’y a plus de doute les parents de Christine identifient formellement l’écriture et les bijoux de leur fillees c’est la pire des nouvelles pour la famille Vanesse après trois nuits blanches les parents apprennent que leur fille a été victime d’un inimaginable crime vicieux et sadique Christine Vanis a été assassinée elle avait tout juste 16 [Musique] ans étant donné la gravité du crime un juge d’instruction est désigné et un nombre conséquent d’enquêteurs est mis sur l’affaire de nouveaux témoins confirment la véracité des propos du témoignage de la femme de ménage à propos des bruits entendus le 13 février en fin d’après-midi un jeune homme de 27 ans raconte avoir entendu un cri entre 18h30 et 18h50 une autre femme de 23 ans dit avoir entendu des cris venant de la champignonnière vers 18h50 ils ont duré une dizaine de minutes la disparition de Christine avait été inquiétante l’annonce du meurtre est dévastatrice mais la circonstance du crime avec une forte probabilité selon laquelle elle aurait atrocement souffert pendant 10 à 20 minutes sont tout simplement terrifiantes quel genre d’individu peut bien avoir commis un acte aussi barbare sur une jeune adolescente de 16 ans bien que la police soit convaincue par les témoignages récoltés elle n’a pas assez de détails pour faire avancer l’enquête le 17 février les autorités lancent un appel à témoin via la presse rien de concret n’est rapporté aux forces de l’ordre jusqu’au 20 février jour où un couple déclare avoir vu Christine près de la scène de crime et aux environ de l’heure supposée du meurtre ce témoignage est intéressant parce que le couple tient une épicerie dans la rue où vivent les Vanesses ils pensent que Christine effectuait de temps en temps des achats dans leur magasin ils disent aussi l’avoir vu le 13 érier vers 18h dans la rue à quelques mètres de la champignonnière voici la lecture d’un extrait de leur [Musique] témoignage nous avons vu Christine à 18h au coin de la rue cherlemadou et de la chaussée d’oivre elle discutait là avec un garçon d’environ 17 ans il était un peu plus petit qu’elle avec une corpulence mince il était blanc il avait un visage allongé un menton pointé des cheveux Milon châtin clair avec des sourcils noirs et il était habillé de style beat avec une veste en jeans monle témoignage intéressant et assez détaillé rappelons que le style beat est connoté rock and roll du début des années 60 en Angleterre avec des groupes phares comme les Beatles les ho ou encore les Rolling Stones la police interroge également le voisinage de la scène de crime ainsi que de la maison familiale un des témoins le médecin des deux frères de Christine vit dans la même rue queeux voici son témoignage lu par un acteur je crois avoir vu Christine le soir des fait elle était dans la rue sur le trottoir en face de chez moi j’étais surpris parce que c’est la première fois que je l’ai vu avec un jeune homme il doit avoir une vingtaine d’années un petit peu plus petit que Christine puis il avait des cheveux noirs genre Elvis Pressler remonté vers le haut et qui était coiffé vers l’arrière moi je dirais la la peau bronzée l’aspect méit anéen mais moins prononcé qu’un n africain avec un un blouson de teinte noire genre vest en cuir mais d’après mes souvenirs crois qu’il était environ entre 17h30 et 18h bien que ces deux témoignages soient un peu différents ils ont tout même comme point commun qu’ils indiquent que Christine a été vu avec un jeune homme ils indiquent également que cet homme était plus petit qu’elle et qu’il avait une apparence plutôt particulière même si l’un parle de look rock and roll et l’autre de bitnick le docteur déclare avoir vu Christine dans sa rue vers 17h30 18h et le couple de l’épicerie dit l’avoir aperçu près de la champignonnière aux alentours de 18h alors ça c’est donc un trajet très théorique nous sommes de retour dans le quartier de Christine avec Michel Lorquin nous allons chronométrer le temps qu’il faut pour se rendre de la maison desvanis jusqu’à la champignonnière a plusieurs chemins et rien ne prouve que chrise Van a fait ce chemin là le 13 février 84 après 8 minutes de marche dans les rues du quartier nous nous trouvons rue de la stratégie juste à côté du lieu du crime en théorie la chronologieelon laquelle la jeune fille pourrait avoir été V par le médecin et à la fois par le couple d’p tient la route Arve la stratégie qui est uneue peu morb parce que en 8 et les années 9 assassinat dans cette rue assassin dans le maison et sans que jamais on retrouve les coupables d’ailleurs c’est une étrange coïncidence de constater que dans cette même petite rue d’ peine 200 m de long trois crimes non élucidés ont été perpétrés en l’espace d’une dizaine d’années à l’époque faut savoir la champignonnière comme son nom l’indiique était un lieu où on cultivait les champignons en sous-sol en fait il y avait un mur en brique et il y avait une arcade qui permettait à n’importe qui de rentrer ou de sortir parce que c’était une champignonnière abandonné av une maison qui était la maison des propriétaires sur ce terrain et il y avait des entrées diverses pour rentrer dans les sous-sols donc à l’époque il y a un certain nombre de personnes de soit des étudiants soit des gens un peu borderl qui venaent de dormir dans la champignonnière ce qui me fait penser que ceux qui ont emmené Christine Vanesse dans cet endroit devaient bien connaître les lieux elle a été torturée et assassinée donc elle a crié quand même longtemps un quart d’heure il ad té mooins qui l’ont entendu personne n’a donné l’alerte alors que il y a une brigade de gendarmerie qui était pas loin et ce qui est curieux c’est que les le les coupaes ont laissé Christine Vanesse crier en sachant que malgré tout elle aurait pu attirer l’attention et qu’ils aurait pu se faire prendre et donc pourquoi est-ce qu’ils l’ont torturé si longtemps la mystère Michel est convaincu qu’ il y a plusieurs meurtriers et qu’ils connaissent bien la champignonnière c’est assez sinistre de se trouver ici et de savoir ce qui s’y est passé vous écoutez le meurtre de la champignonnière un podcast de la RTBF retour en 1984 les amis de Christine eux aussi sont interrogés par la police j’étais en cours et puis c’est un professeur madame trigo Chantal g elle est venue dans la classe et elle m’a dit tu as eu des nouvelles de Christine non elle m’a demandé quand j’avais vu Christine la dernière fois je lui ai dit ben lundi après l’école et elle m’a dit écoute faut que tu viennes avec la police va t’interroger mais ne t’inquiète pas et elle dit voilà Christine s’est fait assassiner ah j’ai mes jambes qui tremblent et j’en reviens pas je me dis mais qu’est-ce qu’elle me raconte du coup tout me revenait je me dit mais qu’est-ce que j’ai fait est-ce que il y a quelque chose j’ai pas vu j’ai euh on était ensemble c’est pas possible elle rentrait à la maison c’est waouh ouais et donc je suis descendue dans une classe où il y avait déjà des élèves qui se faisaient interroger et puis et puis voilà on m’a pris à part dans une dans un une autre classe et euh et là ils m’ont posé des questions et je savais qu’elle a rencontré une bande l’été avant ils avaient des murs très spéciales et donc ben en fait à la rentrée précédente elle est venue à ma rencontre et elle m’a dit bonjour av va ça été les vacances oui on a pas un peu voilà et puis directement elle m’a dit j’ai des questions à te poser et puis elle m’a dit qu’elle avait rencontré des gens pendant les vacances et que elle sortait avec un un gars et qui était plus âgé qu’elle et que ses copains étaient très bizarres et qu’elle avait peur de ses copain voilà et elle m’a posé beaucoup de questions sur mon couple mais des questions très très intime et puis elle me disait oui c’est parce que j’ai rencontré une bande et ils veulent me faire faire des choses que je ne veux pas et je voulais savoir si c’était normal ouais des choses sexuelles mais mais c’est et j’ai pas envie de faire ça et disent que je dois le faire et donc moi je lui dit mais Christine c’est simple tu lui dis ok j’en ai marre c’est fini et c’est tout et elle m’a dit mais tu comprends pas je peux pas lui dire ça si je lui dis ça il me tue et je pensais qu’elle fabulait j’ai pas cru et quand j’ai essayé de demander un peu plus elle me disait je peux pas te dire plus je peux pas parce que sinon ils vont te tuer à toi aussi mais ça je me souviens parce que c’était Harte et que je m’en veux de pas l’avoir cru l’été 1983 semble être un tournant dans la vie de Christine rappelez-vous elle avait participé à un conscout cet été-là et son ami Jean-Marc Hulin nous racontait qu’elle était dans un bon état d’esprit elle était dans un état d’esprit comme tout le monde content de partir en vacances de passer des chouettes moments dans un groupe de jeunes unis nous pensons que quelques temps après elle a commencé à côtoyer un groupe d’autres personnes bien différent de celui des scout un témoin anonime se manifeste et déclare que Christine lui avait dit qu’elle avait rencontré un groupe de gens plus âgés qu’elle à l’automne 1983 et qu’ils avaient des pratiques sexuelle libre et ouverte qu’elle était à la fois fascinée et apuré par leur attitude jusqu’ici dans cet épisode nous avons évoqué beaucoup de témoignages en voici un petit résumé le soir du meurtre plusieurs témoins rapportent avoir entendu des cris provenant de la champignonnière entre 18h30 et 19h un couple d’épiciers dit avoir vu Christine vers 18h juste à côté de la champignonnière avec un jeune homme au look bitnique un autre témoin crédible le médecin de famille des frères de Christine dit l’avoir vu entre 17h et 18h avec un jeune homme au look rabili et enfin son ami Chantal ainsi qu’un témoin anonyme raconte que Christine sortait avec un groupe d’amis plus âgé qu’elle et qu’il lui faisait peur alors que l’enquête suit son cours la famille Vaness prépare les funérailles le service religieux est suivi d’une procession au [Musique] cimetière Christine repose ici sa pierre tombale est un peu à l’écart des autres elle est encore fleurie sa photo est à moitié effacée par le temps nous nous arrêtons à l’ instant [Musique] 40 ans plus tôt des centaines de personnes sont réunies pour un dernier adieu la tristesse et l’émotion des personnes illé il sont très [Musique] fortes la police est également sur place discrètement scrutant la foule enquête d’un indice parmi les expressions solennelles des visages présents à l’extérieur du cimetière une voiture de sport américaine avec un grand aigle sur le capot tourne avant de se garer brièvement et de repartir dans la foule un jeune homme dénote personne ne le connaî il ressemble à un des punk qui traînent en ville pendant la cérémonie il semble embarrassé et la foule illé ne le sait pas encore à ce moment-là mais une nouvelle piste impliquant les punks du centreville va faire rebondir l’enquête [Musique] dans la suite de cette série nous allons aborder la première piste concrète qui fera exploser cette affaire dans le prochain épisode criminelle venue chez moi mais plusieurs fois les m il venent tous les jours je m’emmerder C rien sur cette affaire la seule chose que leur ce que le petit on a dit pour le je sais pas et à chaque fois il ve me demander si je connaissais la fille le meurtre de la champignonnière un podcast de vivacité un médiia de la RTBF écrit réalisé et produit par mat graves Jeane SAV et Thomas résimon une narration de Serge Logne

Laisser un commentaire