Éric Ciotti défend l’alliance LR/RN pour les législatives: ses arguments en intégralité


parfitement clair avec mes convictions et où j’ai été quelquefois un antagonisme avec mes convictions c’est quand j’étis contraint de faire des formes de synthèse à l’eau tiède j’en ai tiré la leçon que ce n’était plus possible notre famille politique ne pouvait pas être en permanence dans le compromis un peu en soutien de du gouvernement un peu à opposition il faut être clair monsieur Macron a abîmé le pays il faut une autre majorité le plus vite possible c’est ce qui me aujourd’hui me guide et me motive est-ce que estce que vous votre parti au contraire je pense que cette décision permettra d’avoir une force très puissante au lendemain des élections législative dans la nouvelle majorité est-ce que vous pensez que est-ce que vous pensez que le RL fait partie de l’arc républicain aujourd’hui oui très clairement ceux qui ne font pas partie de l’arct républicain c’est ceux qui tiennent aujourd’hui des propos antisémite qui considèent qu’il n’y a pas d’acte antisémite en France c’est ceux qui attisent la haine et la violence ce sont les insoumis honte d’ailleurs et c’est une des motivations de ma décision à au Parti socialiste qui s’est allié avec les insoumis après les avoir critiqué après avoir dénoncé le fait qu’on faisait rentrer dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale temple de la démocratie un drapeau étranger quelque part sous forme de provocation permanente ceux qui ont porté atteinte à l’intégrité et à l’honneur des policiers à de multiples reprises en les attaquants les vil pendants et bien pour moi ceux qui mettent en danger la République ceux qui ne sont pas dans l’arct républicain ce sont ces élus aujourd’hui et c’est pour ça que je m’engage aussi en franchissant ce pas parce que cette nuit il y a eu cet accord de la honte entre les insoumis le partis socialiste les écologistes les communistes cette nouvelle nupes je sais pas comment elle va s’appeler Front populaire qui est extrêmement dangereuse donc je ne veux pas que ce parti qui représente l’agglomération de ces quatre formations représente plus de 30 % des voix si on prend les élections européennees il y a donc un danger qu’il soit présent partout au second tour c’est ça qui doit être à l’esprit de nos candidats il y aura trois blocs essentiels le Bloc national dans lequel je veux que nous figurions pour que nous comptions le bloc macronist qui est le bloc de l’impuissance et le bloc de l’extrême gauche de l’extrême gauche qui est le bloc des outrances il faut à un moment appartenir à un camp et ne pas être le témoin de l’impuissance et de l’inaction les Français veulent des actes ils veulent qu’on redresse le pays qu’on tente de redresser le pays parce qu’il voit aujourd’hui avec désespéran ce déclin continue à avancer dernière question est-ce que vous êtes prêt à être ministre dans un gouvernement dirigé par Jordan Bardella la question à ce stade ne se pose pas moi je souhaite qu’il y ait un accord électoral et que dans le cadre de cet accord électoral les partis qui composent cet accord gagnent les élections législatives étape par étape et que dites-vous aux électeurs et aux membres de votre parti qui n’auront peut-être pas le courage et l’audace de suivre cette alliance il faut qu’il nous suiv parce que c’est le seul chemin aujourd’hui je le redis malgré la magnifique campagne de François avier bami qui a porté des idées fortes avec un talent extraordinaire et bien on est resté à peine au-dessus de 7 % je ne me résous pas à ce que la place de ma famille politique soit là donc on a tout essayé depuis depuis 2012 des primaires qui ont échoué puis vous savez j’ai connu un groupe à à 300 députés la première fois où où j’ai été euh où j’ai été élu puis 200 puis 100 puis 60 on va finir à combien donc je crois que ce que je fais aujourd’hui ça casse les codes ça brise les tabous les lignes quel tabou demeurant voilà c’est ce sont pas des tabous pour les Français donc moi ce qui m’importe c’est le jugement de des militants ce sont les les jugements de ceux qui sont confrontés à la vraie vie pas les débats d’appareil un peu déconnectés monsur dernière question est-ce que est-ce que vous êtes prêt à démissionner si vous suivez bardellaa jusqu’au bout je suis LR je reste LR je suis président des LR et et il est absolument pas question que je démissionne d’autant que je sais bénéficier de la très large confiance des militants je reçois depuis quelques minutes d’ailleurs rien qu’en sortant du plateau des milliers de messages de de soutien voilà je connais les militants j’en suis un et je sais qu’ me soutiennent dans cette démarche il voulit que les droites arrêtent d’être divisé ce sont nos adversaires qui nous ont divisé depuis des années et qui ont empêcher la droite républicaine de de gagner voilà la réalité elle est là mais arrêtons avec ce piège Monsieur J dernière question vousz vous avez fait péter la la digue que votre parti souit défend il avait pas de il y avait pas de de dig ça c’est c’est le langage de de la gauche c’est un langage que je récuse il y a aujourd’hui on l’a vu au premier tour des européenes presque 40 % des Français qui seraient donc derrière cette digue qui serait infréquentable dangereux qu’il faudrait parquer non c’est c’est une vision que je récuse totalement il y a la nécessité d’une politique de redressement c’est celle que je veux qu’on mette en place

Laisser un commentaire