Comment le riz cantonnais a été inventé en France



Cette recette à base de petit pois, omelette et jambon de Paris est devenue emblématique des traiteurs et restaurants asiatiques. Pourtant, elle est très différente de ce qui est servi dans sa région d’origine, en Chine. Sophie Ya, cheffe et restauratrice d’origine cantonaise, à la tête du restaurant Feel Ling, à Paris, a préparé pour nous un vrai riz sauté. On l’a fait tester à Ali du Guide Ultime. Réalisé par @hadriengonzales avec Ali du @leguideultime et Sophie de @kitchen.feelling

source

Cet article a 33 commentaires

  1. En fait le riz Cantonais, c'est le riz qu'on connait… ma mère faisait du riz du "pauvre", riz sauté avec les restes de légumes. D'abord mouillé progressivement façon risotto et une pincée finale de safran parce qu'on n'est pas des sauvages, non plus. C'était le riz du canton de mon village.

  2. Le Riz Cantonnais, est symbole de l'acculturation et de la colonisation en somme ! C'est marrant et triste résumé comme ça !

  3. Le vrai riz sauté à la cantonais utilise des petites saucisses fumées spécialité de Canton, au goût proche des Morteau avec une saveur légèrement sucrée. Dans la recette, elles sont coupées en petits dés. On les trouve dans des magasins asiatiques, on peut aussi les remplacer par une saucisse de Morteau coupée en dés.
    Le riz doit être sauté et non pas blanc et sec comme dans le « riz cantonais » standard à la française…

  4. C'est simplement du "Riz sautés avec des œufs" (蛋炒饭), ou bien "riz sautés de Yangzhou" (扬州炒饭). Dans le riz sautés on ajoute des œufs sautés et des légumes ou de la viande. Pas exactement une invention française là.

  5. Franchement j'aime vraiment ces vidéos, mais s'il vous plaît j'ai toujours trouvé dérangeant vos plans extrêmement proche de la bouche qui sont super dérangeants. Seul bémol

  6. Le vrai riz '' cantonais '' y'a pas de jambon, c'est de la saucisse Chinoise légèrement sucrée finement coupée, et la tu peux occidentalement dire dénommer la préparation riz cantonais …

  7. Le riz frit, il y a autant de recettes que de cuisiniers en Asie.
    Quasiment toute la nourriture chinoise, ou asiatique en général, en France est adaptée aux goûts des français. Ça n'a rien d'authentique.

  8. J’me rend compte que mon père m’a tjrs fait du riz sauté avec de la saucisse rouge des oignons et des œufs je rajoutais du gruyère dessus pour moi c est une recette d enfance française lol

  9. Le riz sauté c’est par défaut ma recette cochonne quand je veux me faire plaisir.
    – saucisses chinoises
    – champignons noirs
    – crevettes séchées (j’aimerais tellement pouvoir avoir celles qui viennent du Myanmar !)
    – oignon
    – carotte
    – Oeuf
    – sauce d’huître
    – haricots verts

  10. Le soit disant riz cantonais, ça vient de Yangzhou. Sauté avec des "merguez" chinoises, de la cébette et des oeufs. Le vrai riz "cantonais", chaque grains de riz doit être enrober d'oeuf ( astuce : l'oeuf battu qui enrobe le riz doit être battu avec un peu d'eau et d'huile ). Chez les traiteurs chinois, ils utilisent du riz cuit au rice cooker ( auto cuiseur de riz ), c'est une erreur. C'est un plat de pauvre et à l'époque on utilisait du riz rassis ( de la veille ). 😉

  11. Le riz que vous présentez est une variante francisé du yung chow chow fan qui signifie Guangzhou Fried Rice. Ils y ajoute des crevettes et un genre de bacon local coupé en dés

  12. y’a beaucoup de plat de traiteurs qui n’existent même pas en chine, même le poulet thaï je pense que ça existe pas en thaïlande non plus 😂. C’est dommage il pourrait y avoir plus de plats spécifique et authentique au lieu de tjr les même plats.

  13. Il y a du avoir un bug dans la traduction car en vietnamien, cela s'appelle com chien duong chau, duong chau se traduit par Yangzhou qui est une ville a 1500km de Canton (Guangduong).

  14. "L'influenceur" a le mérite de le dire lui-même : il est en carton.
    Incapable de reconnaitre les 3 plats, hyper prétentieux devant la cheffe…
    l'emission est géniale mais continuez de faire intervenir des restaurateurs ou experts, et non des "gastronomes" amateurs qui peuvent pas se présenter autrement que par leur nombre d'abonnés

Laisser un commentaire