Ces soignants en ont marre du bla-bla face à la crise de l'hôpital



“Des mots et du papier, on s’en fout, nous ce qu’on veut c’est de quoi faire pour pouvoir soigner nos patients”. Sophie, orthophoniste dans un hôpital près de Paris a participé à la mobilisation des soignants et autres salariés des hôpitaux, partout en France. En pleine crise des urgences et à quelques jours des législatives, les personnels hospitaliers demandent des hausses de salaire et d’effectif. Ils étaient entre 200 et 300 manifestants à Paris. “La situation devient critique, on a des patients qui restent parfois 48h sur des brancards”, s’exaspère Julien, aide-soignant. 
—–

Abonnez-vous à la chaîne YouTube du HuffPost dès maintenant : https://www.youtube.com/c/lehuffpost

Pour plus de contenu du HuffPost:
Web: https://www.huffingtonpost.fr/
Facebook: https://www.facebook.com/LeHuffPost/
Twitter: https://twitter.com/LeHuffPost
Instagram: https://www.instagram.com/lehuffpost/

Pour recevoir gratuitement notre newsletter quotidienne:
https://www.huffingtonpost.fr/newsletter/default/

source

Cet article a 28 commentaires

  1. Lol, chers "ex" collègues, vous vous êtes bougés lorsque NOUS (les non injectés) on a été virés comme des malpropres ?
    Non !
    Bien au contraire, vous nous avez méprisé et craché au visage.
    Alors maintenant, débrouillez vous, vous aurez droit à une nouvelle dose de poison de bourla tous les 3/4 mois, vos congés vont sauter et on vous rappelera sur vos repos pour palier aux absences.
    C'etait en septembre qu'il fallait réagir, maintenant c'est trop tard.
    "cheh".

  2. Rien ne sera fait malheureusement c'est un grand changement nouveau système à l'américaine à cause de nos politiques bien corrompus depuis 30 ans

  3. Ah la grosse bureaucratie soviétique des hôpitaux publics. L'un des derniers territoires de la CGT
    Eh bien moi je la connais cette bureaucratie en tant que patient et je n'y ai plus jamais mis les pieds.
    Ma mère la connait aussi, mais elle en tant que chef de centre divisionnaire à la Sécu, s'occupant un peu de ce qui était facturé comme prix de journée (c'est comme ça que les hôpitaux publics fonctionnent, partout ailleurs ils facturent à l'acte). C'était dingue !

  4. Conséquence du tout gratuit et de l'AME et de l'idéologie tiersmondialiste. Nos soignants sont épuisés parce qu'on leur demande de soigner tous ceux qui se présentent (clandestins, roitelets d'Afrique, Roms et j'en passe ), même s'ils ne peuvent pas payer. Il n'y a pas beaucoup de pays au monde qui pratiquent le no limit budgétaire et le no limit boulot. Si on accepte de prendre tout le monde, faut pas pleurer ensuite sur les conséquences. Comme dit l'adage : Dieu se rit……

  5. Beaucoup de gens en dessous fucke les médecins, j'ai eu un cancer ,bon courage sans hôpital et je suis avec eux , revoir la priorité des hôpitaux soigner pas faire du fric 👍

  6. Nous sommes de tout cœur avec vous, bravo pour votre travail et tout le cœur que vous y mettez. J'espère que vous allez avoir gain de cause. Courage….
    Christine ❤️

  7. Certains d'entre eux ont perçus 105€ de l'heure pour les vacations dans les centres de vaccination covid
    Aujourd'hui ils pleurent je leurs donne toutes mes doses

  8. Des revendications absolument fondées et légitimes mais …. que les personnels hospitaliers commencent par demander, en signe de solidarité, la réintégration de leurs collègues "suspendus" ! Le retour de ces derniers au sein des hôpitaux devrait contribuer à la résolution, au moins en partie, des problèmes de chacun… Que leur situation ne soit pas évoquée lors de ces manifestations est choquant !

  9. Vous pouvez toujours gueuler, manifester, ne pas être d'accord, rien ne changera. Ca sera 5 ans de plus pour Macron. Y'a eu des gens, avec un gilet à une époque, qui manifestaient pour le prix de la vie exhorbitant, parce que eux, c'étaient les premiers de cordé de l'inflation et de la douleur des fins de mois dans le rouge. On leur à craché dessus. La police les a gazés, le gouvernement les a humiliés quand il ne les tuaient pas ou les rendaient handicapés, et à son comble de tout ça, les classes moyennes se marraient de voir ça, les méprisant comme des petites gens. Au tour de la classe moyenne maintenant de mettre le gilet.

Laisser un commentaire